George Matus n’a que 18 ans. Il est le concepteur du drone baptisé Teal commercialisé sous l’égide de sa nouvelle startup qui porte le même nom. Ce petit génie de l’informatique a réussi à développer un drone pouvant aller jusqu’à 136 km/heure, contrôlable sur iOS et Android et capable de vous suivre à la trace de manière totalement autonome grâce à ses capteurs et son micro-ordinateur embarqué… Rien que ça ! Robots et Compagnie zoome sur le drone Teal, ce bijou de technologie qui sera disponible à la vente dès 2017 auprès du grand public.

 

George Matus est de cette génération passionnée d’informatique et de nouvelles techno’. Il fabrique son propre drone dès l’âge de 14 ans et aujourd’hui, après avoir soufflé ses 18 bougies, il monte sa startup Teal destinée à commercialiser son tout nouveau modèle de drone. Pas n’importe lequel : le plus rapide du monde !

Teal, un drone tout petit, mais ultra rapide !

Teal, un drone tout petit, mais ultra rapide ! 130 km/h !Teal est pourtant un petit modèle. Il mesure 261 mm en diagonale et il pèse à peine 730 grammes grâce à sa structure faite de plastique polycarbonate et de carbone. Il peut supporter une charge de 500 grammes. Son autonomie va de 10 à 20 minutes selon ses performances de vol, durée somme toute raisonnable comparativement aux drones commercialisés par les géants Parrot ou DJI. Vous pourrez piloter Teal en radiocommande et depuis votre Smartphone ou tablette (compatible iOS et Android) dans un rayon de 90 mètres à l’aide d’une connexion WiFi normale, 760 mètre en WiFi étendu et jusqu’à 1 500 mètres si vous utilisez une transmission radio. La startup précise que le drone Teal est facilement maniable et les novices pourront aisément le prendre en main, même à des pointes de vitesse pouvant grimper jusqu’à 136 km/heure !

Le drone Teal peut voler en toute autonomie et même vous suivre à la trace

Teal le drone le plus rapide du monde ...Et Teal a aussi ces petits trucs en plus qui raviront les passionnés. Intelligent grâce à ses capteurs et son micro-ordinateur embarqué, le drone est capable de voler et d’atterrir en toute autonomie, sans pilotage aucun. Il peut même vous suivre à la trace, toujours en toute autonomie, en activant le mode de vol « follow me ».

Côté imagerie enfin, le drone Teal est doté d’une caméra 4K capable d’enregistrer des vidéos avec une résolution de 13 mégapixels, d’un système de stabilisation électronique et… Son système est compatible avec un casque de réalité virtuelle !

Lors de son lancement le drone devrait proposer 3 applications permettant :

  • d’adapter la machine en fonction de l’expérience du pilote (débutant ou expérimenté). Un paramétrage permet donc de personnaliser le pilotage du drone.
  • de suivre en temps réel une personne ou un objet grâce à la reconnaissance faciale (application « follow-me »).
  • d’organiser des courses de drone à plusieurs pilotes. A cette vitesse, cela doit être grisant !

Teal possède aussi un atout non négligeable pour faciliter son pilotage. Contrairement à de nombreux autres drones, Teal serait capable de voler dans des conditions de vent relativement défavorable tout en maintenant une certaine stabilité. Si cela fonctionne ce sera un atout pour de nombreux pilotes d’extérieur…

Enfin, le drone Teal est construit de manière modulaire, chaque bras est amovible et peut être enlevé de la partie centrale du drone. Ainsi, contrairement à de nombreux drones qui nécessitent des réparations à répétition, il est possible de remplacer soi-même un bras qui aurait été endommagé. Par ailleurs, cela permet une modification du drone en l’équipant de bras spécialisés et adaptés à des missle drone Teal est construit de manière modulaire, chaque bras est amovible et peut être enlevé de la partie centrale du droneion plus spécifiques comme l’imagerie thermique, l’évitement d’obstacle ou l’équipement d’ une caméra secondaire.

A ce jour la principale limite de ce drone réside à nouveau dans l’autonomie que lui confère sa batterie de 1.800 mAh : 10 mn de temps de vol pour 30 mn de temps de charge. Si cette performance est conforme à l’autonomie de la plupart des drones de course elle reste plus faible que celle de la plupart des drones conçus pour la prise de vue. L’entreprise Teal travaille sur la mise en place de batteries plus performantes qui permettront de prolongée l’autonomie de ce petit joujou.

Pour les techniciens enfin, notez que Teal fonctionne avec un processeur NVIDIA TX1, un GPU 1 TFLOP et un CPU 64-bit ARM A57 CPUs avec une capacité de stockage de 16 g. Les connaisseurs sauront que la plateforme NVIDIA TX1 dispose dune grande puissance de calcul pour la réalisation de tâches complexes.

 

Des techniques d’apprentissage automatique et de reconnaissance d’image devraient enrichir la plateforme

Le drone Teal peut voler en toute autonomie et même vous suivre à la traceLe drone Teal est aujourd’hui disponible en prévente aux États-Unis pour 1 300 dollars. Il sera in fine commercialisé auprès du grand public et fourni avec son propre système d’exploitation et son kit de développement. La startup invite les développeurs à enrichir la plateforme de techniques d’apprentissage automatique et de reconnaissance d’image pour rendre le drone encore plus intelligent. Enfin, les ingénieurs travaillent à l’intégration d’un système d’obstacles.

De quoi donner de sacrées perspectives pour ce drone Teal qui pourrait bien donner un coup de pied dans le secteur, par sa rapidité d’abord, mais aussi par son intelligence artificielle en passe de se perfectionner. En effet, la plateforme informatique performante du drone Teal est spécialement adaptée aux applications nécessitant de hautes performances de calcul avec une faible consommation énergétique. Cela lui facilite l’intégration de nombreuse applications comme le streaming vidéo en directe ou une intelligence artificielle qui permettra un apprentissage automatique… Cette plateforme d’informatique visuelle pourrait notamment être utilisée pour des application de réalité augmentée, ou d’après son jeune concepteur dans des domaines comme la sécurité ou l’agriculture. Elle permet encore la gestion de fichier média, la navigation en suivant un point de repère ou le geofencing qui permet d’envoyer des messages ou notifications push aux utilisateurs lors de leurs entrées ou départs d’une zone géographique définie.

Rendez-vous pris à partir de 2017. « C’est vraiment un rêve qui devient une réalité », disait George Matus, désormais PDG de Teal lors d’une récente interview.